1975183_10153229144047174_998773828280602944_n

Crédit : Axelle Stéphane

Depuis quelques années une nouvelle génération de réalisatrices filment pour les femmes hétéros ou lesbiennes un cinéma porno différent de celui stéréotypé des mecs. Hétéro,  Lesbien, Queer, peu importe son public, le porno féminin est décomplexé et fait appel à l’imagination et à la suggestion. La beauté des corps s’y dévoile sans artifices, le sexe est doux, sensuel et aussi hardcore …

Sarah de Vicomte fait partie de ces nouvelles réalisatrices, lesbiennes et féministes à la tendance « Sex positive ». Diplômée d’un Master de Genre elle est photographe et écrit sur les relations amoureuses et le cul pour le collectif magazine lesbien Barbi(e)turix. Depuis peu elle s’est lancée dans la réalisation de courts métrages porno-érotiques qui mêlent le sentiment amoureux à la sexualité. « Il me semble que c’est quelque chose qu’on oublie et j’avais envie de le faire via des fragments amoureux. » Son nouveau court République Filles du Calvaire est sur la plateforme de financement Indiegogo. Vous pouvez ainsi participer à la production du film, avoir accès aux prochains films,  aux projections très privées et même déguster un repas vegan avec l’équipe… En attendant de découvrir le film dans son intégralité, Sarah me parle de l’univers porno lesbien, de ses clichés et du sexe tout simplement.

 

sarah ##

Qu’est ce qui t’as donné envie de passer à la réalisation ? 

Depuis que je suis toute petite, j’écris, des nouvelles, des bouts de roman, des scénarios et comme je suis une personne très visuelle, j’ai rapidement eu envie de mettre tout ça en images. En fait la réalisation est venue comme une évidence: les images que j’avais en tête, je voulais les voir sur un écran. Je crois que si je ne m’étais pas mise à faire ça, je me sentirais très frustrée.

Comment as tu vécu ta première expérience en tant que réalisatrice ?

C’était en août 2014 quand j’ai fait un film avec Misungui (en cour de montage),c’était comme une révélation qui était déjà évidente, presque comme un orgasme artistique. Quand j’ai filmé Misungui et Ludmillya ensemble, j’étais émue par la beauté des images et ce que les filles exprimaient. 

Comment définirais tu tes films ? 

Ah cette question ! Mes films seront érotiques et pornographiques à la fois ! J’ai envie de brouiller les pistes. Pourquoi ne peut-on pas montrer un sexe sans que ce soit porno? Comment ne pas montrer le sexe et que ce soit du porno. Tout dépend l’intention et la manière de filmer selon moi. Donc, les deux. 

Aimerais tu passer devant la caméra ?

J’aimerai un jour passer devant la caméra, oui, si c’est moi qui filme et avec ma meuf dedans.

photo sarah 2

Excite t-il un vrai marché du porno lesbien  ? 

Je ne sais pas s’il y a un marché du porno lesbien, mais il est certain que les lesbiennes et les bies consomment du porno. Pas que du porno lesbien, mais souvent, elles soutiennent ce qui se fait car le porno lesbien fait par des réalisatrices comme Emilie Jouvet, Shine Louise Huston ou Four Chambers éclate souvent les normes.

Y a t-il un public hétéro dans le porno lesbien ? et vice versa ? 

Il y a tout type de public pour tout type de porno je pense. 

Est ce que le porno lesbien a sa part de clichés comme n’importe quel autre porno ?

Les clichés dans les pornos lesbiens mainstream fait par des hommes, il y en a plein. C’est souvent la même chose: une petit frottement entre meufs et un grand mec arrive et vient apporter du vrai sexe à ces petites préliminaires. Mais en ce qui concerne les clichés dans les pornos lesbiens alternatifs, je ne sais pas. Echappe-t’on aux clichés? Quels sont les clichés? Ce qui compte, c’est la diversité, que toutes les femmes puissent se reconnaitre et ça ne se trouve pas dans un seul film porno mais dans une masse de films pornos différents. 

sarah uu

Quelle serait ta définition du porno Queer ?

Le porno Queer brise et éclate toutes les normes, de genre, sexuelles et s’amuse vraiment avec les codes. Le porno Queer parle de toutes les pratiques avec toutes les sexualités et tous les genres. Et peut en plus éventuellement nous ouvrir nous aussi à de nouveaux fantasmes.

Le film la Vie d’Adèle de Kechiche a connu certaines critiques négatives auprès du public de lesbiennes par rapport aux scènes de sexe. Comment as tu ressenti ces scènes ? 

Ah cette question. Alors, la scène de sexe en soit, porno, il faut le dire, ne m’aurait pas dérangée si elle avait été une scène porno dans un film porno et si elle n’avait pas été tourné de cette manière. En tant que lesbienne et féministe, j’étais fâchée car, bien que je suis persuadée que des filles pratiquent les ciseaux, c’était cet enchainement de positions à la suite, comme un étalage de tout ce que les meufs pouvaient faire entre elles. J’ai senti également le regard voyeuriste de Kechiche qui de toute façon l’avait clairement dit quelque part, qu’il était à la recherche du mystère de l’orgasme féminin (y’a une scène dans le film qui en parle). La scène de sexe ressemble de très près à ce qu’on peut voir dans les pornos lesbiens mainstream : regard bien voyeuriste, comme si les filles à l’écran n’étaient pas là pour elles mais pour le réa derrière. 

C’est quoi la position des ciseaux  ? 

C’est comme deux paires de ciseaux qui se frottent, bah pareil pour les meufs, elles frottent leur entrejambes !

sarah OOO

Une scène de sexe parfaite selon toi ? 

Une scène de sexe parfaite? Consentie, qui bave un peu par les yeux, le coeur et le sexe. Avec des cheveux qui s’arrachent un peu et la peau  légèrement griffée. Une scène passionnée.

Es tu une consommatrice de films X ?

Je regarde du porno mainstrean sur des sites comme Youporn depuis pas mal d’années oui, j’en consomme principalement pour me masturber, ça dure quelques minutes ou quelques secondes. Ca m’excite donc ça me suffit même si c’est mauvais, je m’en fous un peu. j’achète aussi des DVDs d’artistes dont je soutiens les idées comme Emilie Jouvet mais je n’ai pas la sensation de consommer ce genre de porno. 

Comment décrirais tu le Sexe ? Et le sexe entre femmes ?

Le sexe…oulala comment décrire le sexe, c’est vaste. C’est un moyen de communiquer, communier. Libre à chacunE d’aimer ce moyen de communiquer là. Le sexe entre deux femmes c’est euh, cool, chouette, ma vie !

photo Sarah

Tumbrl : http://sarahdevicomte.tumblr.com

Le teaser du Film : https://vimeo.com/130522248

Publicités

La Renarde se plait à interviewer des femmes qui parlent de sexe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :