C’est ce soir que débute la toute première édition du festival du Film de fesses, le FFF. Le nouveau Latina rue du Temple à Paris, accueille jusqu’au 29 juin des films délicieusement érotiques qui se veulent romantiques, sincères et drôles.

Un festival autour de conférences, expositions, performances, lectures qui nous plongeront dans le monde enchanté et libérateur du sexe. Jean Paul Sarte l’a dit «  l’univers tourne autour d’une paire de fesses, c’est tout…  » alors filez poser les vôtres au FFF  !

Anastasia Rachman, co-fondatrice du festival nous en dit plus ..

Qui est derrière le FFF ? 

Le festival du Film de Fesses c’est une belle équipe de cinq personnes, Maud Anastasia Antoine Anais et Delphine. Un garçon et quatre filles ! Le projet est né dans la tête de Maud et puis en route, l’équipe s’est étayée …

Pourquoi le choix des Fesses ? 

Nous souhaitions créer un festival de cinéma et  avions un attrait pour l’érotisme (l’écriture pour Maud, les photographies érotiques pour Anastasia) mais nous étions assez novices dans le domaine…Cette envie persistante était là.

Et puis, nous avons fait le constat qu’aucun festival de film érotique existait encore en France, ni à Paris ni ailleurs, ou alors que s’ils devaient évoquer le sexe, ces événements restaient forcément très spécifiques. Nous voulions aborder la question avec à la fois beaucoup de sérieux et une belle forme de légèreté. Rendre ces motifs : l’érotisme et le sexe vivants. La salle le nouveau Latina a tout de suite cru en notre projet …l’aventure était lancée !

A qui s’adresse le FFF ? 

Le Festival s’adresse à chaque spectateur muni de fesses et âgé de plus de seize ans ! Nous avons voulu créer une véritable fête, une belle rencontre, penser le sexe ensemble, pouvoir en rire, en parler, en voir…en plus des projections (panorama contemporain et rétrospective JF Davy) , nous proposons au public des lectures érotiques, des concerts, des performances, une exposition photo grâce au soutien d’Irene, une conférence nocturne…chacun peut y trouver son bonheur, du plaisir partout.

Relancer l’érotisme dans cette époque très pornographique, est ce vintage ? 

Nous voulions au contraire asseoir le festival dans un contexte très contemporain, tant avec des réalisateurs d’aujourd’hui, et du monde entier, qu’à travers la rétrospective de JF Davy, un réalisateur qui continue de produire du film érotique.

Quels seront les grands moments du festival ?  

Nous avons voulu penser chaque jour du festival comme un événement grandiose et une expérience riche. La soirée d’ouverture du FFF est consacrée à une sélection de courts métrages, de curiosités érotiques du début du XXème siècle et à des films de femmes, d’hommes d’aujourd’hui. Avant la projection , au salon rouge du nouveau latina,   il y aura un vernissage de photos extraites de la revue érotique féminine Irène, et puis une lecture « C’est pas la même chose », l’œuvre érotique de Pierre Louÿs en performance. Chaque soirée s’articule ainsi avec deux films (Les jeudis, vendredi et samedi un film du panorama contemporain et un film de la trilogie paillarde de JF Davy) et une nuit chaude à l’issue des projections. Le dimanche après midi offrira une lecture champêtre dans un jardin parisien avec une troupe de comédiens, nous aimerions emmener ce public avec nous ensuite au Nouveau latina pour un focus documentaire (exhibition et exhbition 79) de JF Davy en sa présence.

Sur quels critères avez vous choisi les films sélectionnés ?Y a t-il des films réalisés par des femmes ?

La programmation s’articule en deux axes, un panorama contemporain et puis la rétrospective des films de Jean François Davy, un réalisateur qui malgré un joli succès au box office dans les années 70 reste assez méconnu en raison de la censure. Les films projetés dans le cadre du FFF réfléchissent tous au sexe. Ce sont des films de cinéma. Il n’est pas question d’une chair exposée, seulement érotique , mais bien d’une chair qui pense. Nous projetterons bien évidemment des films de femme : ceux de Shanti Masud et Lucile Hadzihalilovic. Nous n’avons pas voulu inscrire le festival dans une démarche forcément féministe mais il était primordial pour nous de montrer de jolies oeuvres créées par des hommes et bien sur des femmes de talent.

 

affiche fff

affiche de  Maxime Leyvastre.

La page facebook : https://www.facebook.com/LeFestivalduFilmdeFesses?fref=tsp

le site : http://www.lefff.fr

 

Publicités

La Renarde se plait à interviewer des femmes qui parlent de sexe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :